En Eure-et-Loir

Littérature & gourmandise, à Illiers-Combray

IMG_8365

Me revoilà ! Mais je vous préviens, je suis devenue un peu sauvage : de plus en plus adepte d’heures tranquilles en pyjama, d’une vie comme dans une chaumière au fond des bois et de méditation au son d’une flûte indienne.

Malgré l’isolement imposé par le confinement, j’ai aujourd’hui bien plus envie de sentiers peu fréquentés, de fougères, de lectures et d’introspection, que de grandes places ou de rassemblements.

Le manque social était pour moi tout relatif.

Je ne dis pas que j’ai raison, je ne défends pas cette position du chacun chez soi. Au contraire, je me sens presque fautive, en tous les cas un peu étrange, comme faite à l’envers de la nature humaine. Je les regarde de ma fenêtre, toutes ces personnes aux terrasses, et je me réjouis de cette possibilité de rencontres et d’échanges, si simple à saisir à nouveau, de cette liberté de se réunir (tout en restant prudent) ; je me réjouis de cette vie qui palpite autour de moi, mais je comprends que je ne suis pas encore sortie d’une sorte de retraite nécessaire, ni d’une forme de méfiance, d’un immense besoin de repos, d’indépendance, et de voir tourner le monde avec un peu de distance.