Les jours pas comme les autres

Parlez-moi d’amour !

_MG_0501

Et si nous parlions d’amour ? Il y a peu de temps, passait Saint Valentin… Celui dont on ne doit pas prononcer le nom, au risque d’être associé à toutes sortes de pièges marketing diaboliques, et de niaiseries en rouge et rose bonbon… Car la saint Valentin fait beaucoup ronchonner, vous avez remarqué ! Pour reprendre le refrain entonné en choeur : « C’est trop commercial ! »

C’est vrai… Comme beaucoup de choses… Tout comme il est vrai que pour se faire plaisir et exprimer ses sentiments, nul besoin d’une date imposée (à priori, car pour certains ça peut tout de même aider !) MAIS pour s’aimer, pour être attentif à l’autre, se regarder avec un petit air complice et heureux, moi je trouve, et puis non allez, j’affirme que TOUS les prétextes sont bons !
 

 Saint « tu sais qui » !

Si certaines causes valent la peine d’être contestataire (je chérie l’idée d’avoir l’air toute douce mais de ne pas être un mouton !) d’autres, et surtout si elles sont créatrices de bonne humeur, sont plus souvent l’occasion de nous apprendre à débusquer le bon côté des choses ! Et plutôt que de les rejeter en bloc, c’est aussi le moyen d’apprendre à mieux se connaître, en cherchant à faire à sa manière, celle qui nous semble juste, sans perdre de vue l’essentiel.

Ceux qui boycottent la fête des amoureux, fuient-ils aussi les soldes, la télé, et les hypermarchés ? Je ne sais pas. Je ne sais pas s’ils luttent aussi farouchement contre toutes les expressions du modèle économique… mais je ne pense pas que ce fameux aspect « commercial » soit leur plus grand frein. Je crois qu’ils peuvent se sentir mal à l’aise à l’idée d’avoir à prouver quelque chose, et de faire sur commande ce qui devrait toujours être spontanné, et là je les comprends parfaitement !

Cela requiert en effet un peu d’adresse et de finesse, je m’en rends compte, si l’on veut jouer le jeu de la Saint tu sais qui sans en être crispés… et si l’on ne veut pas voir toutes nos attentions perdre leur saveur ce jour-là… Cela demande de la confiance en soi, et en l’autre… du lâcher prise aussi, pour prendre cette histoire à la légère… Et cela met à l’épreuve une aptitude devant laquelle nous ne sommes pas tous égaux, mais qui peut se travailler : exprimer ses sentiments.

Cela demande aussi un effort* pour sortir la tête du phénomène de masse, et profiter de l’occasion pour célébrer ce qui n’appartient qu’à nous ! S’écrire une lettre, trouver la belle attention pour évoquer notre histoire et nos personnalités, ou opter pour un cadeau maison… mobilise bien plus de coeur, d’esprit et de temps. (Ce qui n’exclut pas une sortie au restaurant ou un bouquet de fleurs, si l’envie est là et peut faire le plaisir de l’autre… Il ne faut pas non plus s’en empêcher de peur de « faire comme tout le monde » !)

(*Effort : Larousse nous parle de mobilisation de forces physiques, intellectuelles, morales en vue de résister ou pour vaincre une résistance… Ouh la la ! Les dictionnaires ne nous aident pas à aimer ce petit mot pourtant bien nécessaire, aussi follement amoureux que l’on soit, si l’on veut que cet amour reste précieux…)
 

_MG_4912

 Un état d’esprit

Pour ceux qui le souhaitent, il existe une autre voie entre bouder totalement cette fête ou céder à la consommation : en faire la célébration d’un état d’esprit. Avoir pour volonté ce jour-là, de prendre le temps, même un bref instant, même juste un baiser volé (passionné !) de dire, de faire, ce que nos vies bousculées nous font reporter à demain, ou nous font oublier. Vraiment se regarder. Remettre l’attention dans le quotidien, et l’intention dans le geste, même un petit geste, une toute petite idée. Pour l’autre. Pour ne pas oublier (ou ré-apprendre à le faire) de le choyer au quotidien. Tout SIMPLEMENT.

Car plus on s’y exerce, plus on devient doués pour les bonheurs tout simples !

Soyons honnêtes, même si l’on rabâche que célébrer l’amour ça devrait être tous les jours (oui, ça c’est dans le meilleur des mondes) dans le quotidien prenant et parfois épuisant (et là j’ai une pensée pour tous ceux qui ont justement une alimentation sans gluten en raison de problèmes de santé et qui connaissent des aléas pas bien marrants) il y a beaucoup de jours où l’on oublie un peu, non ? On oublie parfois notre chance une fois que les petits sont enfin endormis, que la vaisselle est faite… et l’oeil sur notre to do list du lendemain, on oubli de rendre l’autre heureux. C’était pourtant prévu comme ça, non ?! Alors de temps en temps, un petit coup de pouce fait du bien.

Oui, vous l’aurez compris, je suis une éternelle romantique. Et non, s’amuser avec des mignonneries en rouge et des coeurs, de temps en temps, ça ne me fait même pas peur ! 🙂
 

Moelleux au chocolat sans gluten

savoir offrir et recevoir

Ce petit défi proposé par la Saint Valentin, celui de savoir mobiliser son attention pour l’autre à un moment promis et d’être ensemble avec une conscience un peu ravivée, touche aussi beaucoup à l’art d’offrir et recevoir ! Il n’est pas obligatoire de dépenser, mais même si c’est le cas, c’est beau de s’offrir un cadeau ! Certains auront le sentiment d’avoir été poussés à la dépense parce que la date l’imposait… d’autres, comme moi, se diront que c’est créatif pour le couple, et tant pis si l’idée nous a été soufflée par le calendrier.

Les petites surprises, espérées parce que c’est un jour J, ou totalement imprévues (les deux versions peuvent cohabiter) apportent du soleil dans la grisaille, et réveillent notre peps et notre gratitude ! Je ne suis pas en train de dire que si votre amoureux ne vous en fait jamais, votre couple est fichu… Mais je crois quand même que ces petits gestes entretiennent ou sollicitent certains rouages amoureux… qui resteront toujours un peu mystérieux !
A travers la question du cadeau, il y a en fait l’immense attente que nous avons d’être compris par l’autre ! D’être si bien couvé par son regard attentif et d’être à ce point l’objet de toutes ses pensées, qu’il ou elle doit forcément voir clair en nous (enfin pas trop, non plus…) et bien capter nos messages pas toujours subliminaux, pour deviner ce qui va nous plaire ! Je suis la première à le penser mais si vous saviez… moi aussi j’en fait pas mal des cadeaux ratés !!

Il y a aussi les surprises dont nous sommes vraiment fiers par égo, qui ne vont pas laisser à l’autre un souvenir marquant… mais qui représentent exactement ce que nous voulions faire passer comme message ou bien qui ont pour nous la valeur de l’effort fourni, d’un sentiment de réussite ! Et ça peut fonctionner, car devant notre propre enthousiasme l’autre est parfois très ému !

Je me souviens avoir bricolé avec tant d’amour et de plaisir cette jolie idée : un distributeur de mot doux, signé Madame Citron ! Mais en toute honnêteté, je crois regarder cette boite et m’en satisfaire bien plus souvent que toi, chéri ! C’est ça aussi s’aimer… un sentiment de confiance, qui permet d’accomplir pour l’autre… aussi des choses pour soi !!

 

cadeau-de-la-saint-valentin

cadeau-saint-valentin-1

crédit photo : Madame citron

Alors, on fait quoi ?

Alors que fait-on un soir comme celui de la Saint Valentin, mais aussi en d’autres occasions, pour faire vibrer son coeur et ne pas se rouiller ? La réponse est en vous, elle est liée à qui vous êtes… Mais l’art de la simplicité est souvent bon conseiller, non ?

Cela peut-être avoir pour seul programme d’être ensemble… finalement, comme tous les soirs, mais avec l’idée survoltée d’en profiter ! Rentrer un peu plus tôt, se blottir près de l’autre pour regarder « notre » feuilleton au lieu de faire chacun un câlin à son coussin ! Cela peut être simplement se dire merci de s’être trouvés. Faire le grand saut de chercher les mots. Risquer de se sentir un peu nigaud, parce qu’il n’y a rien de plus impossible à dire que la force des sentiments, sans avoir la sensation d’utiliser des phrases usées par d’autres….

Cela peut-être la moindre surprise : Si elle n’en mange jamais, lui faire des pancakes sans gluten au petit déjeuner, servis au lit pour oublier le bazar dans la cuisine, et pour se croire dans son magazine préféré ! Lui préparer un bon dessert la veille ou le lendemain, pour faire durer la fête, au hasard ma recette de moelleux au chocolat ! Lui proposer une balade nocturne comme si c’était l’été (Chartres, c’est si beau la nuit !)… Allumer une merveilleuse bougie By Ficelle, made in Eure et Loir (et c’est encore mieux si c’est l’édition Saint Valentin, aux notes fines de pommes fraiches et de pommes d’amour, et au nom inspiré : Love never fails…)…

Lui tricoter un « truc » ? (Ne pensez pas au « Père-Noël est une ordure » ! Il y en a qui sont douées !) Un ballon ?! Parce que du jour où l’on est adulte plus personne ne nous en offre jamais ! (Vous connaissez The pop case ?) Des chocolats ou des macarons pour dire « moi, je connais tes préférés »… Ou bien un petit livre de poche qu’elle lira dans un an si tout va bien…

Tout est dans l’art de le donner !

Chocolat, livres, macarons, je crois que je me suis trahie 🙂

_MG_2629

_MG_1222-2

Puisque je vous raconte un peu ma vie, je vais vous confier quelques unes des surprises qui m’ont beaucoup émue cette année. Pas du tout pour faire la maline… (il a aussi plein de défauts l’homme de ma vie, ha ha !) mais pour vous donner envie de vous aimer…

♡ Lorsqu’il m’a offert un petit cactus dans l’espoir que « ça » je puisse réussir à ne pas le faire crever… Parce que cela symbolise toute la confiance qu’il a en moi, toujours renouvelée, même lorsque moi je n’y crois plus.

♡ Lorsqu’il m’a enlevée sur le cadre de son vélo ! Tout le monde nous regardait, parce que je criais dans les virages en faisant contrepoids avec mon sac à main (je n’avais pas prévu de devoir voyager léger !) et que je hurlais de rire, de faire ce que nous n’avions pas fait depuis 20 ans !

♡ Lorsqu’il a installé chez nous la platine vinyle de mon grand-père, qui depuis sa mort s’était endormie aussi… J’en ai pleuré de joie en entendant surgir la voix de Billie Holliday, oui de joie !

Saint Valentin, que nous veux-tu ?

C’est un peu donner sa chance à la chance. Provoquer les bonnes choses. Un rappel au creu de l’oreille.

Et n’avez-vous pas remarqué que c’est souvent juste après que la passion revient au galop !? Comme si tout cela n’était qu’une mise en condition, une impulsion ! Le jour dit on se prépare pour une belle journée… et parfois ça l’est… et parfois non ! On peut même drôlement bien se disputer. (Ah… là, vous vous demandez si c’est du vécu !)

Et puis le fait d’avoir pensé à l’autre, à lui plaire (ou de s’être tout dit, d’avoir crié sa passion, les exigences de l’amour, ses désirs incompris…) le fait de s’être donné un rendez-vous, de s’être attendris que l’autre vienne avec tous ces beaux souvenirs qui parlent de nous…  Et même si ce n’était que le fait de notre esprit (l’imaginer ouvrir la porte ce soir-là…) et bien il s’est passé quelque chose, non ?

Un petit mécanisme s’est enclenché qui va faire son oeuvre… une oeuvre divinement jolie.